PDA

View Full Version : Mis mélodies favoritas



Schigolch
January 18th, 2012, 04:07 PM
Entre las distintas escuelas nacionales de canciones, mi predilección es sin duda la mélodie francesa. Nacida en el siglo XIX, llega hasta nuestros días donde se siguen componiendo algunas piezas realmente hermosas.

Los principales autores de mélodies: Berlioz, Saint-Säens, Ravel, Debussy, Poulenc, ... son en mucho casos también grandes compositores de ópera.

No es el caso de Reynaldo Hahn, quien a pesar de haber hecho pequeñas incursiones en la Opera (alguna muy interesante, como Le marchand de Venise), debe su fama a otros géneros.

Tal vez una de las mélodies más famosas, y bellas, de todos los tiempos sea esta A Chloris, sobre un poema de amor de Théophile de Vieu e inspirada en Bach, que escuchamos en la versión del contratenor griego Nicholas Spanos, cantando desde Gérona:


http://www.youtube.com/watch?v=kHbWIsPKwUs

S'il est vrai, Chloris, que tu m'aimes,
Mais j'entends, que tu m'aimes bien,
Je ne crois pas que les rois mêmes
Aient un bonheur pareil au mien.
Que la mort serait importune
A venir changer ma fortune
Pour la félicité des cieux!
Tout ce qu'on dit de l'ambroisie
Ne touche point ma fantaisie
Au prix des grâces de tes yeux.

Luiz Gazzola (Almaviva)
January 18th, 2012, 04:59 PM
Esto es realmente muy hermoso, Schigold. Muchas gracias!

Schigolch
January 19th, 2012, 10:39 AM
Henri Duparc fue uno de los grandes cultivadores de la mélodie, que nos ha ofrecido algunas páginas memorables.

Una de sus primeras composiciones fue esta Chanson Triste, para piano y voz, creada por un Duparc que contaba apenas 20 años:


http://www.youtube.com/watch?v=NnbvsUodANI

y sobre la que volvió ya bien entrado en la cincuentena, en una versión para orquesta:


http://www.youtube.com/watch?v=1D1QfiTYjP8


Dans ton coeur dort un clair de lune,
Un doux clair de lune d'été,
Et pour fuir la vie importune,
Je me noierai dans ta clarté.

J'oublierai les douleurs passées,
Mon amour, quand tu berceras
Mon triste coeur et mes pensées
Dans le calme aimant de tes bras.

Tu prendras ma tête malade,
Oh! quelquefois, sur tes genoux,
Et lui diras une ballade
Qui semblera parler de nous;

Et dans tes yeux pleins de tristesse,
Dans tes yeux alors je boirai
Tant de baisers et de tendresse
Que peut-être je guérirai.

Schigolch
January 21st, 2012, 09:17 PM
El célebre contratenor galo Philippe Jaroussky dedicó uno de sus discos más recientes, Opium, a la mélodie francesa.

Una de las piezas que componían ese disco, era esta espléndida Sur une tombe, del compositor (belga) Guillaume Lekeu, fallecido con apenas 24 años de edad, que también era el autor del poema:


http://www.youtube.com/watch?v=yxQd5Jrgd4k

La printanière et douce matinée
est pleine du parfum des nouvelles fleurs;
La caresse du vent berce les jeunes feuilles du parc
silencieux du Mystère de la Mort.
Sous ces roses, dont jadis tu as aimé les soeurs,
tu reposes, tu reposes, pure, inoubliable Amie,
en ton immortelle pâleur.
Les soirs d'hiver, où ma pensée
a revécu ton souvenir, se sont enfuis;
et c'est ta tombe qu'aujourd'hui j'ai voulu revoir.
Oh! puisses-tu, de cette tombe aimée
où les violettes et les roses
protègent doucement ton paisible sommeil,
puisses-tu respirer la senteur triste et tendre
de l'immortelle fleur qu'en mon coeur fit éclore
notre Amour éternel, notre Amour éternel!

Loge
January 22nd, 2012, 07:22 AM
También yo prefiero la mélodie a, por ejemplo, el lied. Seguramente, por mayor afinidad cultural. La de Hahn que ha subido Schigolch es un milagro de delicadeza.

Mi primera aportación a este hilo será de Saint-Saens: una mélodie con aire medieval basada en un texto de Victor Hugo titulada "Le Pas d'armes du Roi Jean". La canta el barítono Didier Henry.


http://www.youtube.com/watch?v=1KxEODqFG6A

Par saint Gille,
Viens nous-en,
Mon agile
Alezan;
Viens, écoute,
Par la route,
Voir la joute
Du Roi Jean.

Qu'un gros carme
Chartrier
Ait pour arme
L'encrier;
Qu'une fille,
Sous la grille,
S'égosille
A prier.

Nous qui sommes,
De par Dieu,
Gentilshommes
De haut lieu,
Il faut faire
Bruit sur terre,
Et la guerre
N'est qu'un jeu.

Cette ville
Aux longs cris,
Qui profile
Son front gris,
Des toits frêles,
Cent tourelles,
Clochers grêles,
C'est Paris!

Los aux dames!
Au roi los!
Vois les flammes
Du champ-clos,
Où la foule,
Qui s'écroule,
Hurle et roule
A grands flots!

Sans attendre,
Çà piquons!
L'oeil bien tendre,
Attaquons
De nos selles,
Les donzelles,
Roses, belles,
Aux balcons.

Là-haut brille,
Sur ce mur,
Yseult, fille
Au front pur;
Là-bas, seules,
Force ayeules
Portant gueules
Sur azur.

On commence!
Le beffroi!
Coups de lance,
Cris d'effroi!
On se forge,
On s'égorge,
Par saint George!
Par le Roi!

Dans l'orage,
Lys courbé,
Un beau page
Est tombé.
Il se pâme,
Il rend l'âme;
Il réclame
Un abbé.

Moines, vierges,
Porteront
De grands cierges
Sur son front;
Et dans l'ombre
Du lieu sombre,
Deux yeux d'ombre
Pleureront.

Car madame
Isabeau
Suit son âme
Au tombeau.

Çà, mon frère,
Viens, rentrons
Dans notre aire
De barons;
Va plus vite,
Car au gîte
Qui t'invite,
Trouverons,

Toi, l'avoine
Du matin,
Moi, le moine
Augustin,
Ce saint homme,
Suivant Rome,
Qui m'assomme
De latin,

Et rédige
En romain
Tout prodige
De ma main,
Qu'à ma charge
Il émarge
Sur un large
Parchemin.

Un vrai sire
Châtelain
Laisse écrire
Le vilain;
Sa main digne,
Quand il signe,
Égratigne
Le vélin.

Schigolch
January 22nd, 2012, 11:29 AM
Siempre he sentido cierta debilidad por Didier Henry, desde su interpretación del Marquis de La Force.


La lune blanche
luit dans les bois.
De chaque branche
part une voix
sous la ramée.
O bien aimée....

L'étang reflète,
profond miroir,
la silhouette
du saule noir
où le vent pleure.
Rêvons, c'est l'heure.

Un vaste et tendre
apaisement
semble descendre
du firmament
que l'astre irise.
C'est l'heure exquise!

Este exquisito poema de Verlaine es el origen de muchas mélodies. (y hasta de algún lied). De entre todas ellas, mi preferida es la de Reynaldo Hahn, L'heure exquise, que escuchamos en las versiones de Marie-Nicole Lemieux e, inevitablemente, del contratenor Jaroussky.


http://www.youtube.com/watch?v=rJbqgQxIXA4


http://www.youtube.com/watch?v=nU-GhfeWSP8


Como alternativa poco conocida, pero realmente bella, podemos disfrutar de la pieza compuesta por Poldowski, seudónimo de Irena Wieniawski:


http://www.youtube.com/watch?v=lXm8G-F8MGE

Schigolch
January 24th, 2012, 01:29 PM
En 1916, Erik Satie compone Trois Mélodies, para su amiga, la soprano Jane Bathori (quién más tarde estrenará también Socrate). Podemos escuchar estas breves mélodies, en la voz de la propia Bathori:


http://www.youtube.com/watch?v=48lBwUmIXF8

1. Daphénéo

Dis-moi, Daphénéo, quel est donc cet arbre
Dont les fruits sont des oiseaux qui pleurent?

Cet arbre, Chrysaline, est un oisetier.

Ah! Je croyais que les noisetiers
Donnaient des noisettes, Daphénéo.

Oui, Chrysaline, les noisetiers donnent des noisettes,
Mais les oisetiers donnent des oiseaux qui pleurent.

Ah!...

2. La statue de bronze

La grenouille
Du jeu de tonneau
S'ennuie, le soir, sous la tonnelle...
Elle en a assez!
D'être la statue
Qui va prononcer un grand mot: Le Mot!

Elle aimerait mieux être avec les autres
Qui font des bulles de musique
Avec le savon de la lune
Au bord du lavoir mordoré
Qu'on voit, là-bas, luire entre les branches...

On lui lance à coeur de journée
Une pâture de pistoles
Qui la traversent sans lui profiter

Et s'en vont sonner
Dans les cabinets
De son piédestal numéroté!

Et le soir, les insectes couchent
Dans sa bouche...



3. Le chapelier

Le chapelier s'étonne de constater
Que sa montre retarde de trois jours,
Bien qu'il ait eu soin de la graisser
Toujours avec du beurre de première qualité.
Mais il a laissé tomber des miettes
De pain dans les rouages,
Et il a beau plonger sa montre dans le thé,
Ça ne le fera pas avancer davantage.

Loge
January 24th, 2012, 08:01 PM
Esta sí que es una mélodie en sentido literal: no tiene texto. Y aún así, ¡qué declaración de amor de un ruiseñor a una rosa!


http://www.youtube.com/watch?v=Ew7YLRx1JjA

Schigolch
January 25th, 2012, 06:52 PM
Además de un gran poeta, Charles Baudelaire ha sido uno de los principales inspiradores de mélodies.

"Harmonie du Soir" se recoge en Les Fleurs du Mal, uno de los poemas dedicados a Mme. de Sabatier.

Voici venir les temps où vibrant sur sa tige,
Chaque fleur s'évapore ainsi qu'un encensoir;
Les sons et les parfums tournent dans l'air du soir,
Valse mélancolique et langoureux vertige.

Chaque fleur s'évapore ainsi qu'un encensoir,
Le violon frémit comme un coeur qu'on afflige,
Valse mélancolique et langoureux vertige,
Le ciel est triste et beau comme un grand reposoir;

Le violon frémit comme un coeur qu'on afflige,
Un coeur tendre, qui hait le néant vaste et noir!
Le ciel est triste et beau comme un grand reposoir;
Le soleil s'est noyé dans son sang qui se fige...

Un coeur tendre, qui hait le néant vaste et noir,
Du passé lumineux recueille tout vestige.
Le soleil s'est noyé dans son sang qui se fige, -
Ton souvenir en moi luit comme un ostensoir.

Pierre de Bréville compuso esta mélodie, que nos canta Felicity Lott:


http://www.youtube.com/watch?v=rMJ2bUodA6I

y que podamos comparar con el esfuerzo que, inspirado por el mismo fragmento, realizó Claude Debussy, presentado por Victoria Bezetti:


http://www.youtube.com/watch?v=fWfh8NXamko

Schigolch
January 26th, 2012, 03:34 PM
http://kvnomusic.files.wordpress.com/2010/11/albert-roussel.gif

Albert Roussel, más conocido por sus ballets y sus sinfonías, pasó por una etapa de enamoramiento hacia el jazz, como otros compositores franceses. Vamos a escuchar esta Jazz dans la Nuit, un matrimonio entre la mélodie gala y la música que nacía al otro lado del Atlántico, escrita en 1928:


http://www.youtube.com/watch?v=Gk65_Jjvd1I

Le bal, sur le parc incendié
Jette ses feux multicolores,
Les arbres flambent, irradiés,
Et les rugissements sonores

Des nègres nostalgiques, fous,
Tangos nerveux cuivres acerbes,
Étoufent le frôlement doux
Du satin qui piétine l'herbe.

Que de sourires épuisés,
À l'ombre des taillis complices,
Sous la surprise des baisers consentent
Et s'évanouissent...

Un saxophone, en sanglotant
De longues et très tendres plaintes,
Berce à son rythme haletant
L'émoides furtives étreintes.

Passant, ramasse ce mouchoir,
Tombé d'un sein tiède, ce soir,
Et qui se cache sous le lierre;
Deux lèvres rouges le signèrent,

Dans le fard, de leur dessin frais,
Il te livrera, pour secrets,
Le parfum d'une gorge nue
Et la bouche d'une inconnue

Loge
January 27th, 2012, 09:35 AM
Repito con Saint-Saëns que, como iréis comprobando, es uno de mis autores preferidos en francés. Esta vez es una suave canción con texto de Victor Hugo: "Une flûte invisible"

Viens! - une flûte invisible
Soupire dans les vergers. -
La chanson la plus paisible
Est la chanson des bergers.

Le vent ride, sous l'yeuse,
Le sombre miroir des eaux. -
La chanson la plus joyeuse
Est la chanson des oiseaux.

Que nul soin ne te tourmente.
Aimons-nous! aimons toujours! -
La chanson la plus charmante
Est la chanson des amours.

Primero podemos oirla en la voz de Anne Sophie von Otter:


http://www.youtube.com/watch?v=jJrur3gBOJ4


Y después, en la de Michelle Evans Jarrell


http://www.youtube.com/watch?v=zF4PmGTuebM

Schigolch
January 27th, 2012, 10:26 PM
Vamos a escuchar a un destacado compositor de mélodies, Déodat de Séverac, fecundo autor, que las componía no solo en francés, sino tambien en catalán y occitano.

Como interprete, la soprano corsa Martha Angelici.

Escuchamos Ma poupée chérie, sobre un texto del propio Séverac:


http://www.youtube.com/watch?v=lxTxj_9pvz0

Ma poupée chérie ne veut pas dormir!
Petit ange mien, tu me fais souffrir!
Ferme tes doux yeux, tes yeux de saphir,
Dors, poupée, dors, dors! ou je vais mourir.
Il faudrait, je crois, pour te rendre sage,
Un manteau de soie, de riches corsages!
Tu voudrais des roses à ton clair béguin,
Des bijoux d'or fin et mille autres choses!
Ma poupée chérie ne veut pas dormir?
Quand parrain viendra, sur son âne gris,
Il t'apportera de son grand Paris,
Un petit mari qui dira: "Papa"
Et qui dormira quand on le voudra.
Ma poupée chérie vient de s'endormir!
Bercez-la bien doux, ruisseaux et zéphirs!
Et vous chérubins, gardez-la moi bien!
Sa maman jolie l'aime à la folie!

Schigolch
February 1st, 2012, 12:58 PM
André Jolivet formó parte en su juventud, junto a Olivier Messiaen, del grupo de compositores "La Jeune France", y fue un músico de gran prestigio e influencia en la escena musical gala.

Por su parte, Louis Emié fue un poeta bordelés relativamente desconocido, gran enamorado de España y de la poesía de la generación del 27.

Escuchemos Poèmes Intimes, dedicados por Louis Emié a su esposa, y puestos en música por André Jolivet. Canta Gérard Souzay:


http://www.youtube.com/watch?v=1-EwRIAsabI

Schigolch
February 5th, 2012, 07:25 PM
http://www.appl-lachaise.net/appl/IMG/jpg/Xavier_Leroux.jpg

Xavier Leroux, alumno en su momento de Jules Massenet, es otro compositor poco frecuentado en nuestros días, aunque llegó a componer un buen número de óperas, y algunas bellas mélodies, como esta Le Nil, sobre un poema de Armand Rénaud y que nos canta Ninon Vallin:


http://www.youtube.com/watch?v=CvW2Kp9iec8

Les eaux du Nil, toutes pâles, s'écoulent
Sous les étoiles de la nuit,
Des sphinx, aux bords, sur deux rangs se déroulent...
Au milieu, notre barque fuit.

Le bienaimé, s'accoudant sur la proue,
Laisse errer sur moi son oeil doux;
Moi, renversant la tête, je secoue
Mes cheveux d'or sur ses genoux.

Et les grands sphinx, dans la plaine infinie,
Nous regardant passer près d'eux,
Confusément versent une harmonie,
Qui tombe en amour sur nous deux.

Schigolch
February 7th, 2012, 07:15 PM
Escuchemos algo de melodie contemporanea.

Régis Campo compuso en 2008 un ciclo de canciones para soprano y orquesta, estrenado por Felicity Lott, sobre Le Bestiaire de Apollinaire.

Le Hibou


http://www.youtube.com/watch?v=EB6p3ll4KQk

Mon pauvre cœur est un hibou
Qu'on cloue, qu'on décloue, qu'on recloue.
De sang, d'ardeur, il est à bout.
Tous ceux qui m'aiment, je les loue.

Loge
February 11th, 2012, 06:24 PM
Reconozco sin ambages que Debussy es un compositor que no "me llega" en casi nada de lo que escribió. Con todo, el campo donde he encontrado más creaciones suyas que sí me satisfacen es éste de la mélodie. Aquí dejo una piececilla suya, titulada "Pierrot", que, si es interpretada con gracia por la soprano, puede resultar hasta divertida. Wilma Driessen no tiene esa gracia, pero tampoco está mal.


http://www.youtube.com/watch?v=QWHG96OC0aE

Pierrot, qui n'a rien d'un Clitandre,
Vide un flacon sans plus attendre,
Et, pratique, entame un pâté.

Cassandre, au fond de l'avenue,
Verse une larme méconnue
Sur son neveu déshérité.

Ce faquin d'Arlequin combine
L'enlèvement de Colombine
Et pirouette quatre fois.

Colombine rêve, surprise
De sentir un coeur dans la brise
Et d'entendre en son coeur des voix.

Schigolch
February 12th, 2012, 10:44 AM
Pues no, no la tiene. :)

Sobre este bello texto del gran dramaturgo francés Jean Anouilh, titulado Les chemins de l'amour:


Les chemins qui vont à la mer
Ont gardé de notre passage
Des fleurs, des feuilles et l'écho sous leurs arbres
De nos deux rires clairs.

Hélas, des jours de bonheur,
Radieuses joies envolées,
Je vais sans retrouver traces dans mon coeur.

Chemins de mon amour,
Je vous cherche toujours.
Chemins perdus vous n'êtes plus
Et vos échos sont sourds.
Chemins du désespoir,
Chemins du souvenir,
Chemins du premier jour,
Divins chemins d'amour.

Si je dois l'oublier un jour,
La vie effaçant toute chose,
Je veux dans mon coeur qu'un souvenir
Repose plus fort que l'autre amour.

Le souvenir du chemin,
Où tremblante et toute éperdue,
Un jour j'ai senti sur moi brûler tes mains

Chemins de mon amour,
Je vous cherche toujours.
Chemins perdus,
Vous n'êtes plus
Et vos échos sont sourds.
Chemins du désespoir,
Chemins du souvenir
Chemins du premier jour,
Divins chemins d'amour.

compuso Francis Poulenc una de sus mejores mélodies.

Podemos escuchar tres interpretaciones muy distintas de esta hermosa canción:

Felicity Lott


http://www.youtube.com/watch?v=bFPNjOPs_WE

Angela Gheorghiu


http://www.youtube.com/watch?v=aXVe_im4hC4

Jessye Norman


http://www.youtube.com/watch?v=ueD33sF3be8

Schigolch
February 15th, 2012, 10:43 PM
Uno de los grandes autores de mélodies, Emmanuel Chabrier, publicó varias colecciones de canciones. Dentro de una de ellas, titulada simplemente Cinq mélodies, se encuentra esta L'île hereuse.

Otra gran compositor, Poulenc, toca el piano, y el barítono Pierre Bernac nos canta el texto de esta bella y lánguida mélodie:


http://www.youtube.com/watch?v=QSArK_Sge2M

Dans le golfe aux jardins ombreux,
Des couples blonds d'amants heureux
Ont fleuri les mâts langoureux
De ta galère,
Et, caressé de doux été,
Notre beau navire enchanté,
Vers des pays de volupté:
Fend l'onde claire!

Vois, nous sommes les souverains
Des lumineux déserts marins,
Sur les flots ravis et se reins
Berçons nos rêves!
Tes pâles mains ont le pouvoir
D'embaumer au loin l'air du soir,
Et, dans tes yeux, je crois revoir,
Le ciel des grèves!

Mais là-bas au soleil,
Surgit le cher pays vermeil
D'où s'élève un chant de réveil
Et d'allégresse;
C'est l'île heureuse aux cieux legers
Où, parmi les lys étrangers,
Je dormirai, dans les vergers
Sous ta caresse!

Schigolch
February 22nd, 2012, 08:37 PM
Jacques Leguerney, (Havre, 1906-1997) dedicó casi toda su carrera como compositor a la mélodie, llegando a componer cerca de un centenar.

De uno de sus poetas preferidos, Pierre de Ronsard, escuchamos tal vez su pieza más popular, "Ah! Bel-Acceuil":


http://www.youtube.com/watch?v=73I8qFbyCH0

Ah! Bel-Acceuil, que ta douce parole
Vint traîtrement ma jeunesse offenser,
Quand au verger tu la menas danser
Sur mes vingts ans l'amoureuse carolle!

Amour adonc me mit à son école,
Ayant pour maître un peu sage penser
Qui sans raison me mena commencer
Le chapelet d'une danse si folle

Depuis cinq ans hôte de ce verger,
Je vais ballant avecque Faux-Danger,
Tenant la main d'une dame trop caute.

Je ne suis seul par amour abusé;
A ma jeunesse il faut donner la faute:
En cheveux gris je serai plus rusé.


Y, tal vez, la más bella, inspirada en uno de los poemas de "Sonnets pour Hélène":


http://www.youtube.com/watch?v=rI5itYSWyBs


Ostez vostre beauté, ostez votre jeunesse,
Ostez ces rares dons que vous tenez de Cieux,
Ostez ce docte esprit, ostez moy ces beaux yeux,
Cet aller, ce parler digne d'une Deesse:

Je ne vous seray plus d'une importune presse
Fascheaux comme je suis: vos dons si precieux
Me font en les voyant devenir furieux,
Et par le desespoir l'ame prend herdiesse.

Pource si quelquefois je vous touche la main,
Par courroux vostre teint n'en doit devenir blesme:
Je suis fol, ma raison n'obeyt plus au frein,

Tant je suis agité d'une fureur extréme,
Ne prenez, síl vous plaist, mon offence à desdain,
Mais douce pardonnez mes fautes à vous mesme.

Schigolch
March 2nd, 2012, 07:08 PM
Gérard Souzay es un gran cantante de mélodies, sin duda.

Aquí podemos escucharle en una bella pieza de Fauré, Chanson du pêcheur, basada en un poema de Théophile Gautier:


http://www.youtube.com/watch?v=VS0RJLFGXz0

Ma belle amie est morte:
Je pleurerai toujours;
Sous la tombe elle emporte
Mon âme et mes amours.
Dans le ciel, sans m'attendre,
Elle s'en retourna;
L'ange qui l'emmena
Ne voulut pas me prendre.
Que mon sort es amer!
Ah! sans amour, s'en aller sur la mer!

La blanche créature
Est couchée au cercueil.
Comme dans la nature
Tout me paraît en deuil!
La colombe oubliée
Pleure et songe à l'absent;
Mon âme pleure et sent
Qu'elle est dépareillée.
Que mon sort est amer!
Ah! sans amour, s'en aller sur la mer!

Sur moi la nuit immense
S'étend comme un linceul;
Je chante ma romance
Que le ciel entend seul.
Ah! comme elle était belle,
Et comme je l'aimais!
Je n'aimerai jamais
Une femme autant qu'elle.
Que mon sort est amer!
Ah! sans amour, s'en aller sur la mer!


Este es uno de esos poemas elegidos por varios compositores para crear sus propias mélodies. A modo de ejemplo, podemos escuchar:

Jacques Offenbach

http://www.youtube.com/watch?v=c77Wpz3gO5M

Hector Berlioz

http://www.youtube.com/watch?v=lUDScF5UmMQ

Pauline Viardot

http://www.youtube.com/watch?v=5jTz4-bXafE


No sé ustedes, pero a mí la que más me atrae es precisamente la versión de Pauline Viardot. Tal vez es la que mejor nos ilustra el texto, nos ofrece una ventana a la desesperación que embarga a quien la muerte arrebata el amor, y nos atrapa en una dulce desesperanza.

Loge
May 15th, 2012, 10:37 AM
Otra mélodie muy hermosa de Reinaldo Hahn: "Si mes vers avaient des ailes" (Texto de Víctor Hugo, que está en francés y español en la información del youtube) Canta Susan Graham.


http://www.youtube.com/watch?v=Nmghaz_F7EU

Schigolch
May 23rd, 2012, 09:19 AM
Marc-André Dalbavie es un compositor francés asociado a la corriente espectralista, que aunque goza de un sólido reconocimiento en su país, ya en la frontera de la cincuentena nunca ha acabado por conseguir ese mismo prestigio fuera de Francia.

Entre su obra más reciente, está la música para sonetos de Louise Labé, interpretados por Philippe Jaroussky, que creo pueden ser de interés como una muestra de la mélodie en el siglo XXI.

Mi pieza preferida de esos sonetos:

Pour le retour du Soleil honorer,
Le Zephir, l'air serein lui apareille :
Et du sommeil l'eau et la terre esveille,
Qui les gardoit l'une de murmurer,

En dous coulant, I'autre de se parer
De mainte fleur de couleur nompareille.
Ja les oiseaus es arbres font merveille,
Et aus passans font l'ennui moderer :

Les Nynfes ja en mile jeus s'esbatent
Au cler de Lune, et dansans l'herbe abatent :
Veus tu Zephir de ton heur me donner,

Et que par toy toute me renouvelle ?
Fay mon Soleil devers moy retourner,
Et tu verras s'il ne me rend plus belle


http://www.youtube.com/watch?v=dNnZD224eIQ

Schigolch
July 14th, 2012, 09:33 AM
Tristia son tres breves piezas para coro y orquesta, compuestas por Berlioz en 1852.

Sin embargo, la segunda, La Mort d'Ophélie, se publicó unos años antes en versión para soprano y piano. Está basada en un poema de Ernest Legouvé:


Auprés d'un torrent, Ophélie
Cueillait tout en suivant le bord,
Dans sa douce et tendre folie,
Des pervenches, des boutons d'or,
Des iris aux couleurs d'opale,
Et de ces fleurs d'un rose pâle,
Qu'on appelle des doigts de mort.

Puis élevant sur ses mains blanches
Les riants trésors du matin,
Elle les suspendait aux branches,
Aux branches d'un saule voisin;
Mais, trop faible, le rameau plie,
Se brise, et la pauvre Ophélie
Tombe, sa guirlande à la main.

Quelques instants, sa robe enflée
La tint encor sur le courant,
Et comme une voile gonflée,
Elle flottait toujours, chantant,
Chantant quelque vieille ballade,
Chantant ainsi qu'une naïade
Née au milieu de ce torrent.

Mais cette étrange mélodie
Passa rapide comme un son;
Par les flots la robe alourdie
Bientôt dans l'abîme profond;
Entraïna la pauvre insensée,
Laissant à peine commencée
Sa mélodieuse chanson.

Escuchamos la versión de Anne Sofie von Otter:


http://www.youtube.com/watch?v=Wbm6lMw2sUY

Schigolch
August 7th, 2012, 05:07 PM
Philippe Jaroussky canta la Sérénade andalouse de Massenet, desde una ciudad andaluza, no la Sevilla de la cancion, pero si la hermosa Granada, concretamente desde el Patio de los Marmoles:


http://www.youtube.com/watch?v=-CyPQoILI4s

Pourquoi chanter
Lamoureuse ivresse?
Pourquoi m´aimer?
Folle est ta tendresse!
Mon âme, un jour, sendormit glacée
Après un ardent baiser.
La flamme meurt effacée;
Pourquoi m´aimer?
Comme un vain songe,
Un beau mensonge,
Comme un vain songe,
Un beau mensonge,
Ah!
Je garde lardent baiser;
Pourquoi donc m´aimer?
Aux coridas,
Dont Séville est fière.
Des Señoras
Jétais la première,
Et je riais quand à mon oreille
Un galant parlait tout bas.
Lamour toujours veille,
Il ma surprise, hélas!
Aveu timide,
Heure rapide,
Aveu timide,
Heure rapide,
Ah!
Langueur du premier amour,
Volupté d´un jour!..
Et dans les bois
Je vais, oublieuse,
Et nulle voix
Ne me rend joyeuse.
Jai froid au cœur et lamour frivole
A pris mon premier baiser.
Damour la chanson est folle,
Pourquoi m´aimer?
Comme le rêve
Que laube achève,
Comme le rêve,
Que laube achève,
Ah!
Tu fois, volupté d´un jour,
Hélas! sans retour!
Hélas! pourquoi donc m´aimer?

Schigolch
December 6th, 2012, 01:46 PM
Sin duda, L'invitation au Voyage es una de las mas bellas melodies de Duparc.

El poema se encuentra en "Les Fleurs du Mal", de Baudelaire, y ha inspirado a otros musicos, como Chabrier o Charpentier.

Pero vamos a quedarnos con la version de Duparc, que nos permitira tambien escuchar a una de las grandes cantantes francesas de principios del siglo XX, Claire Croiza:


http://www.youtube.com/watch?v=WhKSSnynZoI

Mon enfant, ma sœur,
Songe à la douceur
D'aller là-bas vivre ensemble,
Aimer à loisir,
Aimer et mourir
Au pays qui te ressemble.
Les soleils mouillés
De ces ciels brouillés
Pour mon esprit ont les charmes
Si mystérieux
De tes traîtres yeux,
Brillant à travers leurs larmes.
Là, tout n'est qu'ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté.

Vois sur ces canaux
Dormir ces vaisseaux
Dont l'humeur est vagabonde;
C'est pour assouvir
Ton moindre désir
Qu'ils viennent du bout du monde.
Les soleils couchants
Revêtent les champs,
Les canaux, la ville entière,
D'hyacinthe et d'or;
Le monde s'endort
Dans une chaude lumière!
Là, tout n'est qu'ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté.